Le Cacique Raoni invite la Jeunesse Autochtone de Guyane à prendre part à son entretien avec Edouard Philippe

entretien autochtones amazoniens et ministres français
La Cacique Raoni, sa délégation et la Jeunesse Autochtone de Guyane en entretien avec le Premier Ministre Edouard Philippe et d'autres représentants de l'État - Crédit photo - Vanessa Joseph

Ce samedi 7 septembre 2019 à Bordeaux, le Chef Kayapo du Brésil, invité d’honneur de l’éco-mobilisation bordelaise Climax, a été convié avec sa délégation à s’entretenir avec le Premier ministre Édouard Philippe, en marge d’un rassemblement de La République en Marche.
Le Cacique a pris l’initiative d’inviter la Jeunesse Autochtone de Guyane à cette rencontre, mouvement militant qui participait également à l’édition 2019 du Festival.

L’Amazonie brûle, la France « réitère son soutien »

Dans un précédent entretien avec le Président Emmanuel Macron, pendant le G7 à Biarritz, le Cacique avait notamment demandé de l’aide afin d’endiguer la progression de la destruction de l’Amazonie. Il a dénoncé la politique prédatrice du Président Brésilien Jair Bolsonaro et un soutien financier avait été alors annoncé pour l’Amazonie.
Le Chef Raoni a réclamé lors des discussions avec le Premier Ministre ce samedi, une accélération des procédures, «car l’Amazonie ne peut pas attendre 6 mois de plus ». Édouard Philippe lui a fait remarquer que l’administration française prend du temps à traiter les dossiers, mais promet que le nécessaire sera fait.

Un « couac » durant l’entretien

Par ailleurs, Raoni a signalé le fait « qu’un très grand nombre de peuples autochtones n’ont pas de terres» en Amazonie, en prenant l’exemple du peuple Kali’na d’Amazonie guyanaise, tout en invitant Clarisse Da Silva, jeune Kali’na de Guyane, à s’exprimer.
Les différentes personnalités politiques  présentes ont cru qu’il désignait un peuple présent sur le territoire brésilien, ils ont donc supposé qu’il se référait à la politique de Bolsonaro. Or, c’est bien la position de la France envers les Peuples Autochtones de Guyane qu’il a mis en lumière.
En effet, les représentants autochtones de Guyane n’étaient, à la base, pas conviés à échanger avec les représentants de l’État.

Les autochtones de Guyane, invités surprise dans les discussions

À l’initiative du Yopoto Raoni (Chef en kali’na), les quatres représentants autochtones de Guyane ont pu participer aux échanges entre l’Amazonie et les membres du gouvernement français.
Clarisse Da Silva et Ludovic Pierre (membres également de la Jeunesse Autochtone de Guyane), ont ainsi pu prendre la parole.
La jeune leader a commencé par rappeler les différentes problématiques rencontrées par les Peuples Autochtones de Guyane et a souligné une nécessité de rencontres officielles entre le Grand Conseil Coutumier (organe représentatif des Peuples Amérindiens et Bushinenges) et le gouvernement, afin de traiter tous les sujets relatifs à cette partie de l’Amazonie.
Ensuite, l’autre représentant a tenu à souligner qu’il existait des revendications concrètes qui sont toujours d’actualité, comme la ratification de la Convention 169 de l’OIT, le respect de la Déclaration des Nations Unis sur les Droits des Peuples Autochtones, et demande une avancée sur la question de la restitution, aux Peuples Autochtones de 400 000 ha de terres (actée dans les Accords de Guyane de 2017).

Le Premier Ministre, après avoir entendu les différentes délégations, a inscrit dans son agenda officiel une rencontre avec le Grand Conseil Coutumier, lors de son prochain déplacement en Guyane. Il a également proposé de réfléchir à des rencontres autour des problématiques autochtones de Guyane à Matignon.
Notons que cette coordination entre les peuples amazoniens montre leur efficacité à défendre les intérêts de l’Amazonie. Face à cette responsabilité, ils sont les premiers concernés et les mieux placés.

3 réflexions sur “Le Cacique Raoni invite la Jeunesse Autochtone de Guyane à prendre part à son entretien avec Edouard Philippe”

  1. La mentalité occidentale na plus de valeur face à la perception des premiers nation cette territoires qui on su toujours respecté leur environnement. Alors respecté!!!

    1. T’excite pas. C’est pas constructif d’être dans le clivage. Tout le monde se préoccupe sérieusement de l’environnement aujourd’hui et les pays riches doivent investir désormais pour protéger et restaurer les zones naturelles et sensibles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *